Lomo Instant Automat VS Instax Mini 90 Neo Classic

Lomo’Instant Automat VS Instax Mini 90 Neo Classic



Lomo’Instant Automat ou Instax Mini 90 Neo Classic ? Vous avez envie d’acheter un de ces appareils photo « polaroid » mais, entre les deux, votre cœur balance. Vous ne savez lequel choisir. Voici une comparaison entre Lomo’Instant Automat et Instax Mini 90 Neo Classic qui fait la lumière sur quelques élément clefs pour vous décider.

Pourquoi comparer Lomo’Instant Automat et Instax Mini 90 Neo Classic ?

Ces deux appareils sont comparables et même rivaux, d’une certaine manière, pour plusieurs raisons.

Au delà du fait qu’il exploitent le même type de film, le format Instax Mini de Fujifilm, ils sont commercialisés dans des fourchettes de prix presque équivalentes. L’Instax Mini 90 Neo Classic, haut de gamme du segment Instax Mini chez Fujifilm, est souvent proposé à la vente autour de 120€, et le Lomo’Instant Automat nu, sans son kit de compléments optiques, avoisine quant à lui les 150€, dans sa version sans compléments optiques.

Le prix de ces appareils se justifie par le fait qu’ils proposent des fonctions avancées, et plusieurs d’entre elles sont d’ailleurs communes aux deux boîtiers.

A gauche l'Instax Mini 90 Neo Classic de Fujifilm. A droite, le Lomo'Instant Automat de Lomography.

A gauche l’Instax Mini 90 Neo Classic de Fujifilm. A droite, le Lomo’Instant Automat de Lomography.

Les fonctions communes

Listons rapidement les points communs entre le Lomo’Instant Automat et l’Instax Mini 90 Neo Classic et la façon dont chacun les traite.

Contrôle du flash

L’instax Mini 90 Neo Classic et le Lomo’Instant Automat offrent tous deux un contrôle du flash avancé, avec la possibilité salutaire de désactiver celui-ci. Ça n’a l’air de rien mais ça peut sauver la mise dans bien des cas. Un modèle d’entrée de gamme comme l’Instax Mini 8 est nettement plus anarchique : c’est l’appareil qui décide du déclenchement du flash, et il le déclenche à tous les coups ou presque, ce qui s’avère parfois gênant.

Correction de l’exposition

Les deux appareils laissent à l’utilisateur une marge de manœuvre vis à vis de l’exposition calculée automatiquement par la cellule. Sur l’un comme sur l’autre, une fonction permet en effet d’éclaircir ou d’assombrir l’image.
Il s’agit là encore d’une fonction que les modèles d’entrée de gamme ne proposent pas. Les utilisateurs les plus expérimentés, ou ceux ayant une connaissance approfondie de leur boîtier, sauront mettre à profit cette possibilité pour optimiser leurs images.

La pose longue

Les deux boîtiers disposent d’un pas de vis permettant de les fixer sur trépied, et d’un mode B (Bulb permettant les expositions longues). Mais l’efficacité et la qualité de celui-ci varient d’un appareil à l’autre.

Avantage ici au Lomo’Instant Automat. Avec son mode pose longue, la durée de l’exposition peut se prolonger jusqu’à 30 s, et en ayant recours à la multi exposition il est possible de déclencher plusieurs fois successivement pour s’affranchir de cette limite, si besoin. Mieux encore, le déclenchement et la fermeture du diaphragme peuvent être pilotées depuis la télécommande que renferme le bouchon d’objectif (bravo pour cet accessoire qui fait double emploi).

Le mode B de l’Instax Mini 90 soutient assez mal la comparaison, pour le coup. Le modèle peut bien, lui aussi, être fixé sur trépied, mais le temps de pose maximal dans ce mode ne peut excéder 10s, ce qui s’avère nettement plus limitatif. Autre point pénalisant : on ne peut compter sur un déclenchement à distance, ni-même sur le retardateur. Celui-ci ne peut pas être combiné au mode B en effet. Bien dommage, car on risque de provoquer un flou de bougé en appuyant directement sur le déclencheur de l’appareil.

Les deux appareils, Lomo'Instant Automat et Instax Mini 90 Neo Classic, embarquent nativement des fonctions équivalentes.

Les deux appareils, Lomo’Instant Automat et Instax Mini 90 Neo Classic, embarquent nativement des fonctions équivalentes.

Ce qui différencie les deux appareils

Intéressons-nous à présent aux points qui distinguent le 90 Neo Classic du Lomo’Instant Automat. La bataille est âpre. Si l’un des modèles prend l’ascendant sur son rival pour certains aspects, l’autre l’emporte dans plusieurs domaines.

Alimentation

L’Instax Mini 90 Neo Classic est le seul appareil de la gamme Mini de Fujifilm dont le système d’alimentation s’appuie sur une batterie rechargeable sur secteur. Un point fort appréciable, qui vous évite d’avoir à vous soucier des piles.

Le Lomo’Instant Automat est en la matière beaucoup plus contraignant. Comptez deux piles CR2 (qui ne sont pas les plus courantes ni les moins chères) pour alimenter le boitier, et une pile supplémentaire de type CR1632 pour pouvoir utiliser la télécommande que dissimule habilement le bouchon d’objectif. Oui, l’appareil reste utilisable sans cette troisième pile pour fonctionner, mais faire l’impasse sur la télécommande vous prive d’une fonction sympa.

Ergonomie des commandes

Nous l’avons vu plus haut, les appareils proposent des fonctions somme toutes similaires. En revanche le rappel des réglages est différents d’un boitier à l’autre.

L’Instax Mini 90 se base sur un écran digital pour signaler les réglages en cours, le niveau de la batterie et rappeler le nombre de poses restantes dans la cartouche.

Sur le Lomo’Instant Automat, toutes ces indications se font via des voyants lumineux, qui changent de couleur, s’éteignent ou clignotent pour notifier le statut (actif, inactif, momentanément indisponible…). Un système lisible, mais sans doute moins efficace et immédiat que celui de l’écran digital.

Design

Les deux appareils présentent des looks très différents et il appartient à chacun d’apprécier ou pas le design de ces modèles. Compacts l’un comme l’autre, les deux boîtiers partagent toutefois des dimensions comparables.

Signalons toutefois :

  • Que l’Instax mini 90 Neo Classic est disponible dans deux versions de coloris : noir et marron.
  • Que le Lomo’Instant Automat, dans la droite lignée des appareils Lomography, a été commercialisé dès sa sortie dans une demie douzaine de finitions différentes, et que d’autres finitions verront probablement le jour ultérieurement.

Système de mise au point

Avec l’Instax Mini 90 Neo Classic, le réglage de la netteté s’opère à travers le mode choisi.

  • Le mode Macro donnera des images nettes de 30 cm à 60 cm, (Fujifilm signale que la netteté sera optimale à 40 cm). Le viseur se décale d’ailleurs pour compenser l’effet de parallaxe, un point appréciable.
  • Le mode Paysage assurera la netteté de 3 m à l’infini.
  • Les autres modes assurent l’entre-deux, avec une netteté pour une distance au sujet allant -à la louche- de 1 m à 2 m.

Le Lomo’Instant Automat propose une toute autre approche, puisque la netteté s’opère à l’aide d’une bague de sélection des distances, située autour de l’objectif. Les 3 réglages suivants sont disponibles :

  • 0,60 cm
  • 1 à 2 m
  • 3 m à l’infini

Nous sommes donc sur des bases assez comparables… le Lomo’Instant Automat n’intègre pas par défaut de réglage ou de mode Macro, mais son kit de compléments optiques comprend une lentille macro. Vissée sur l’objectif, elle donne des images nettes sur une distance de 10 cm. Et ça marche ! Attention à ne pas être trop exigeant quant à la précision par contre : inutile d’avoir recours au viseur, alignez l’objectif de l’appareil dans l’axe du sujet, à une distance approximative de 10 cm et priez pour obtenir du prmier coup le cadrage souhaité.

Potentiel créatif

Le Lomo’Instant Automat et le le 90 Neo Classic partagent un tronc commun de fonctions essentielles, comme nous l’avons vu.

Avec ses flashs colorés, son bouchon-télécommande, ses modes d’expositions multiples et de poses longues plus complets, mieux conçus, le Lomo’Instant Automat va toutefois plus loin. L’expérience s’enrichit encore avec ses compléments optiques fisheye, grand angle, macro, son Splitzer… Attention, ces éléments ne sont pas inclus dans le kit de base et gonflent la facture.

L‘éventail de possibilité créatives de l’Instax Mini 90, modèle qui ne s’appuie pas sur une gamme comparable de compléments optiques, est donc nettement plus restreint. On peut certes dénicher sur Amazon des filtres de couleur à clipser sur l’objectif, mais ils ne sont pas proposés par défaut en kit avec l’appareil.

Il n'y pas réellement de mauvais choix entre ces deux appareils qui représentent ce qui se fait de mieux au format Instax Mini.

Il n’y pas réellement de mauvais choix entre ces deux appareils qui représentent ce qui se fait de mieux au format Instax Mini.

Conclusion

Si vous privilégiez l’aspect tout-en-un, tout-terrain du boitier, vous trouverez certainement votre bonheur avec l’Instax Mini 90. Il repose sur un système autonome, qui ne s’embarrasse pas de compléments et autres gadgets encombrants lors de vos sessions photos.

Si au contraire vous vous sentez une âme d’aventurier, que vous aimez expérimenter pour ramener des images originales, laissez vous tenter par le Lomo’Instant Automat. Vous vous amuserez avec les nombreux gadgets de cet appareil, et pourrez probablement sortir des images portant la griffe Lomo, infaisables avec le Neo 90.