Appareil photo instantané Diana Instant Square de Lomography

Test du Diana Instant Square (Lomography)



Le Diana Instant est le dernier appareil photo instantané en date lancé par Lomography. La marque revisite pour l’occasion le Diana F+, un de ses modèles phares, en le transformant en appareil instantané. Il partage avec son illustre parent un amour de l’image carrée, ainsi qu’un véritable arsenal d’accessoires en tous genres.

Le Diana F+ est un des appareils emblématiques de Lomography. Après avoir créé déjà une multitude d’appareils instantanés, la marque revisite ce modèle qui compte parmi les plus populaires de sa gamme. Alors que le Diana original fonctionne avec du film 120 et prend des photos au format carré, ce Diana Instant, quant à lui, est un appareil instantané qui prend des photos avec le film Instax Square produit par Fujifilm. Assez tordu, mais bien dans l’esprit de Lomography.

Lomography, jamais à court d’idées, avait d’ailleurs déjà envisagé précédemment de transformer le Diana F en appareil instantané. Le kit Instant Back+ se composait d’un dos et d’un petit élément à positionner au niveau de l’objectif. Il permettait de prendre des photos sur du film Instax Mini avec le cultissime appareil.

Le Diana Instant Square a initialement été lancé courant 2018, sur la plateforme de financement participatif KickStarter. Lomography a en cela suivi sa méthode habituelle. Le projet a rencontré sur KickStarter, comme tous les projets précédents de Lomography, un grand succès. Son financement a été assuré en un rien de temps.

Cette version Diana Instant en fait un appareil entièrement et définitivement instantané, même s’il reprend beaucoup de caractéristiques du Diana “classique”. A commencer par son look, évidemment.

Design

Le Diana Instant Square assume complètement sa filiation avec son proche parent, le Diana classique. Il cherche même à lui ressembler le plus possible. Il s’agit d’un gros boîtier plastique, qui présente en bonne partie la même ergonomie des commandes.

Les commandes principales sont regroupées et disposées autour de l’objectif :
Le déclencheur, notamment, est placé sur le côté de celui-ci. Il s’agit d’un petit levier que l’on abaisse. Deux modes de déclenchement sont possibles N (Neutre, 1/100ème de seconde environ) ou B (Bulb, pose longue).

Sous l’objectif, le choix d’une ouverture s’opère à travers un autre petit levier pouvant basculer sur quatre positions différentes. À chacune est associée un symbole :

  • Nuages : f/11
  • Soleil derrière nuage : f/19
  • Soleil : f/32
  • Mode pinhole (plus particulier et auquel devriez logiquement avoir moins recours)

Mieux vaut mémoriser ou noter quelque part ces valeurs, si vous voulez réussir vos photos. On voit qu’il qu’en soit qu’avec de pareilles ouvertures, le Diana Instant nécessite une bonne dose de lumière et vous impose notamment de recourir au flash pour toutes vos photos en intérieur.

Dans les grandes lignes et dans la prise en main, le Diana Instant Square est donc assez similaire à son illustre aîné. Passons maintenant aux principaux points différenciants.

Le viseur n’est pas intégré directement au boîtier, il prend la forme d’un petit accessoire amovible qui se place sur le dessus de l’appareil, via le porte griffe.
Cet appareil cherche à marcher le plus possible dans les pas de son aîné tout analogique et s’efforce par conséquent de faire oublier ses éléments électroniques. Le commutateur on off est ainsi discrètement placé sur un côté, avec le bouton MX (pour Multi Exposure).

Sur la face avant, placé au dessus de l’objectif, on retrouve également un miroir à selfie. Il est habilement orné en son centre du nom du modèle Diana Instant, ce qui a pour effet de le faire gagner en discrétion.

Différence de taille par rapport au Diana original : la grosse molette logée dans un angle, sur le dessus du boitier, et que l’on fait tourner dans un bruit monstrueux de plastique pour avancer la pellicule a disparu, forcément.

Sur le dessus du Diana Instant, on trouve en revanche une large fente par laquelle sont éjectées les photos, ainsi qu’un porte griffe positionné centralement. Ce dernier sert notamment à accueillir le viseur, à monter dans l’axe de l’objectif. Sur le côté gauche, une prise permet de greffer à l’appareil son flash caractéristique.

Sous l’appareil se trouvent la trappe pour glisser les deux piles et le pas de vis pour fixer l’appareil sur trépied.

Les boîtiers fonctionnant avec du film Instax Square sont généralement imposants, et le Diana Instant ne fait pas exception. Il est d’ailleurs plus gros que le Diana original.

Les cartouches de film Instax Square sont assez grosses et induisent des appareils assez volumineux. Le Diana Instant Square, à gauche est ainsi plus imposant que le Diana F classique, à droite. Remarquez au passage que le viseur se place au dessus de l'appareil, alors que sur le Diana d'origine il surmonte directement l'objectif, dans une petite lucarne.

Les cartouches de film Instax Square sont assez grosses et induisent des appareils assez volumineux. Le Diana Instant Square, à gauche, est ainsi plus imposant que le Diana F classique, à droite. Remarquez au passage que le viseur amovible se place au dessus de l’appareil, alors que sur le Diana d’origine il surmonte directement l’objectif.

La version du Diana que j’ai eue entre les mains pour les besoins du test est la version Deluxe. Comprenez par là qu’elle est livrée avec un véritable arsenal de compléments optiques et d’accessoires en tous genres. Le tout tient dans une grande boîte carrée de bonnes dimensions, dans laquelle chaque élément est rangé à sa place. Découvrir chacun d’entre eux et le mettre à l’essai prend un certains temps. Vous n’êtes pas prêt d’en avoir fait le tour.

Tous les compléments optiques font largement appel au plastique pour leur construction. Rien de très surprenant pour les connaisseurs des produits de Lomography, qui reste la marque spécialiste du toy camera un peu toc, un peu cheap (dans la fabrication, pas dans le prix), mais toujours fonctionnel.

Fonctionnement

Commençons par le commencement. Pour faire fonctionner l’appareil vous devez disposer de deux piles 1,5V LR03. Attention à les mettre dans le bon sens, les repères indicatifs sont très discrets.

Chargez votre film en passant par la trappe située au dos, bien évidemment. Comme à l’accoutumée, un repère jaune vous guide pour le placement du pack de films.
Le boitier se met sous tension à l’aide du commutateur on/off discrètement placée sur le côté droit quand vous tenez l’appareil en main.

Le Diana est un appareil à objectifs interchangeables. Lorsque vous disposez de plusieurs objectifs (si vous optez pour le kit Deluxe vous en aurez quelques uns ayant chacun ses particularités), vous pouvez visser celui de votre choix. Attention à bien monter sur l’appareil le viseur adapté aux l’objectif que vous avez sélectionné, sans quoi vous n’obtiendrez pas une image fidèle à ce que vous voyez. Sachez que même avec le bon viseur en place, vous n’êtes pas à l’abri des surprises… difficile d’obtenir des compositions super précises, mais pour être honnête, c’est malheureusement le lot commun de beaucoup d’appareils instantanés.

Attention, le Diana Instant Square, tout comme le Diana originel, est un boitier 100% manuel. Vous ne pourrez vous appuyez sur aucun automatisme pour l’exposition. Après avoir sélectionné une ouverture de diaphragme et une vitesse d’obturation, n’oubliez pas de procéder au réglage de la distance en faisant tourner le disque visible sur la face avant de l’objectif, pour optimiser la netteté. Trois plages sont généralement disponibles sur chaque objectif.
Celles de l’objectif par défaut, le 75 mm, vont comme suit :

  • de 1 à 2 mètres
  • de 2 à 4 mètres
  • de 4 mètres à l’infini
Si vous jonglez entre différents objectifs, faites bien attention aux spécificités de chacun : viseur adéquat, plages de netteté...

Si vous jonglez entre différents objectifs, faites bien attention aux spécificités de chacun : viseur adéquat, plages de netteté…

Comme souvent chez Lomography, l’exposition multiple est présente à travers une fonction MX. Lorsqu’elle est active, la photo ne sort pas automatiquement. L’appareil vous laisse réaliser autant de prises que vous le souhaitez (n’en abusez pas, les meilleurs rendus se joueront avec des doubles expositions). C’est en quittant la position MX pour revenir sur la position On que la photo sera éjectée de l’appareil et commencera à se développer.

On peut émettre une réserve en ce qui concerne les expositions longues. La pose B figure bien au rang des fonctionnalités du Diana Instant Square, mais il n’intègre malheureusement aucune option pour le déclenchement à distance. Pas de retardateur, pas de déclenchement à distance, pas de possibilité de fixer un déclencheur souple.
Malheureusement, pour déclencher, vous devez obligatoirement abaisser le petit levier présent sur le côté le l’objectif. Cela implique d’appliquer une petite pression sur l’appareil qui peut facilement causer un flou de bougé.
On a vu mieux, notamment avec le Lomo’Instant Automat qui fait figure d’expert en la matière, avec son astucieux bouchon d’objectif abritant une télécommande infrarouge.

Les innombrables accessoires

Le Diana F est connu pour être un des modèles de Lomography qui compte le plus grand nombre d’accessoires. Ils viennent doper la créativité et multiplier les possibilités pour les prises de vue. Le Diana Instant Square peut lui aussi s’appuyer sur une ribambelle d’accessoires. Ils sont d’ailleurs regroupés, comme pour le Diana F, dans un même ensemble : le kit Deluxe. Si l’appareil est bien vendu seul ou avec le flash, nul doute que c’est avec les éléments du kit qu’il prend tout son intérêt et révèle ses meilleurs atouts. Inévitablement, le kit est aussi bien plus cher…

Le kit Diana Instant Deluxe

Voici le contenu du kit Diana Instant Deluxe :

  • L’appareil Diana Instant ,(oui cela va de soi…)
  • Un flash Diana+ accompagné de ses 12 inséparables colors gels, ainsi que de plusieurs modules permettant de le fixer à l’appareil
  • Un téléobjectif 110 mm
  • Un objectif super grand angle 38 mm
  • Un objectif fisheye 20 mm avec son viseur adapté
  • Une lentille de close up (ou lentille macro)
  • Le fameux Splitzer, une des marques de fabrique de Lomography. Il s’agit d’un accessoires qui se visse par dessus les objectifs et permet des créations renversantes, basées sur le principe d’exposition multiple.
  • Deux viseurs adaptés chacun à certains objectifs

Les objectifs, les viseurs et les accessoires en tous genres sont légion et fonctionnent comme autant de greffons qui viennent transformer le Diana Instant en appareil de toutes les situations. Le Diana Instant donne un peu l’impression d’un appareil à monter en kit. On peut très vite se retrouver à monter/démonter des morceaux pour l’adapter aux différentes prises de vue.

Vous ne voyez ici qu'une petite partie des éléments contenus dans le Kit Deluxe du Diana Instant Square

Vous ne voyez ici qu’une petite partie des éléments contenus dans le Kit Deluxe du Diana Instant Square

L’indispensable flash

Parmi les nombreux accessoires, ce n’est pas nécessairement le plus sexy ou celui sur lequel on a envie de se précipiter, mais il est pourtant essentiel. Le flash fonctionne avec une pile de type très standard, LR6 – AA, de 1,5V. N’oubliez pas d’appuyer sur le petit interrupteur noir pour l’allumer, bien sûr. Il émet un son en continu, très aigu et plutôt désagréable. Comme chez tous les appareils de la marque, on retrouve un lot de color gels qui fonctionnent en association avec le flash. Ces fins rectangles de couleur translucides se glissent et se logent juste devant l’ampoule du flash, à travers une fente prévue à cet effet. L’éclair émis au moment du déclenchement du flash projette la couleur du color gel aux alentours et donne à votre sujet la même dominante de couleur. Simple, mais toujours efficace pour apporter une vraie touche Lomo au vos images.
Les images faites au flash présentent un vignettage extrêmement prononcé. C’est à dire que les angles de votre image sont très, très sombres. Le bas de la photo est particulièrement affecté. On peut estimer qu’au total, un bon quart de l’espace est noirci. Un effet qui donne un certain cachet à vos images, mais qui ne sera peut-être pas du goût de tout le monde…

Toujours plus !

Si jamais vous aviez peur de ne pas en avoir assez avec le kit Deluxe, sachez qu’il est encore possible d’utiliser le lot de 5 filtres de couleurs (orange clair, bleu clair, orange, rouge et jaune) sortis au moment du lancement du Lomo Instant Square, l’autre appareil de Lomography utilisant du film Instax Square. Rien à voir cette fois avec les colors gels (qui fonctionnent pour leur part avec le flash, on y revient dans une minute). Ces filtres circulaires se vissent directement sur l’objectif pour colorer vos images. Privilégiez leur utilisation en extérieur et ayez tendance à choisir une ouverture de diaphragme plus grande que celle celle que vous auriez retenue par défaut. Encore un ensemble d’accessoires compatibles avec le Diana Instant, pour le cas où vous viendriez à en manquer !

Verdict

Vous ne profiterez pleinement du potentiel du Diana Instant Square que si vous disposez d’un maximum d’accessoires et de compléments optiques. Aussi, si vous possédez déjà le Diana F+ ainsi que tout ou une partie de son équipement, que vous l’adorez et que vous êtes tentés par un appareil instantané, acheter le Diana Instant Square a clairement du sens. Vous pourrez utiliser les mêmes accessoires sur l’un et l’autre appareil. Le kit Deluxe Diana Instant Square est une autre option à considérer, si vous partez de zéro. Il n’est pas donné, mais vous en aurez pour votre argent et mettrez un long moment à découvrir et explorer le contenu du kit.
Si en revanche le tout manuel vous effraie et que le vignettage visible sur les photos prises avec le Diana Instant Square vous rebute un peu, mieux vaut sans doute vous orienter vers un autre modèle. D’autres appareils photo instantanés chez Lomography présentent des options créatives aussi riches ou presque.

Pour bien profiter du Diana Instant Square, il faudra vous équiper en accessoires.

Pour bien profiter du Diana Instant Square, il faudra vous équiper en accessoires.

Avantages et inconvénients du Diana Instant Square

On aime

  • Le charme du Diana… mais en appareil instantané !
  • Des équipements et compléments à la pelle

On aime moins

  • Fonctionnement tout manuel qui n’emballera pas tout le monde
  • Le flash génère un vignettage extrêmement prononcé, angles et partie basse très noirs
  • Il manque quelques fonctions précieuses présentes sur d’autres modèles de la famille Lomo Instant