Appareil photo instantané Instax Square SQ6 de Fujifilm

Test de l’Instax Square SQ6 (Fujifilm)



Après l’Instax Square SQ10 sorti en 2017, premier appareil Instax de Fujifilm à fonctionner avec un format carré, la marque japonaise enrichit sa gamme d’un nouveau modèle qui revient aux basiques, le SQ6. Voyons en quoi le SQ 6 diffère du SQ10 et ce qu’il propose aux personnes tentées par l’instantané.

L’Instax Square SQ10 était clairement placé sous le signe de l’innovation. Premièrement, avec cet appareil, Fujifilm a introduit un nouveau format de film, carré, dans sa grande famille d’appareils photo instantanés Instax. Ensuite, ce modèle hybride, comparable par certains aspects à une imprimante, brise justement les codes de l’instantané en permettant aux photographes de retoucher leurs images sur un écran directement intégré à l’appareil, et même de choisir quelles photos ils souhaitent sortir sur papier. Avec le SQ10, ceux qui apprécient la photo papier mais aiment moins les nombreux ratés sont rassurés. A l’opposé, les puristes pouvaient lui reprocher cette sophistication trop poussée, ce trop plein de technologie qui trahit l’esprit de l’instantané.
Le SQ6 vient corriger le tir en enrichissant la famille Square d’un membre purement analogique, qui fait l’impasse sur les technologies de son ainé et propose au passage un prix plus compétitif.

Design et ergonomie

Même s’ils ont pour point commun de fonctionner avec le même type de film, le SQ6 s’éloigne pour le coup du SQ 10 et emprunte davantage à d’autres membres de la famille Instax. Il a toutefois un look bien lui.

L’essentiel de la façade est occupée par l’objectif, qui se déploie automatiquement à l’allumage. Il se rétracte et se cale sur trois positions différentes, selon le mode de prise de vue sélectionné. De part et d’autre de l’objectif, la surface striée présente une couleur complémentaire corps noir du boîtier. Trois coloris étaient disponibles pour le lancement du SQ6 : gris anthracite (Graphite Grey), blanc (Pearl White), or (Blush Gold). Les coloris bleu et rouge ont suivi rapidement.
Le déclencheur, un bouton rond comme toujours chez les appareils Instax, est placé sur la gauche et tombe sous l’index droit quand on a l’appareil en main.
La face avant du SQ6 donne à l’appareil une allure intéressante, à la fois moderne et rétro, qui n’est pas sans rappeler le logo d’Instagram.

Le nom du modèle est positionné sur la face, juste au dessus du baril de l’objectif.
Le petit logo Fujifilm apparaît quant à lui sur le dessus, au centre, et à côté de la fente par laquelle les photos sont éjectées. Il est proche du commutateur on/off qui met l’appareil en marche.

La majeure partie du dos est occupée, sans surprise, par la trappe de chargement des cartouches de film. Le dos présente également une texture striée qui fait écho à celle de la façade.

C’est également au dos que se trouve l’essentiel des commandes.
Sur la gauche, deux boutons permettent :

  • D’activer ou de désactiver le flash,
  • D’activer ou désactiver le retardateur
  • Un troisième bouton, le bouton Mode, permet de naviguer entre les différents réglages de l’appareil.

Une série de voyants associés à des symboles, alignés en haut, permettent justement de voir quel est le mode actif. Chaque pression sur la touche mode fait passer d’un mode à l’autre.

Toutes les commandes se trouvent au dos de l'appareil.

Toutes les commandes se trouvent au dos de l’appareil.

Le viseur prend la forme d’une tout petit lucarne logée au dos, dans l’angle supérieur droit.
L’appareil se met en marche via un commutateur on/off placé sur le dessus, à côté de la fente d’éjection des images.

Une petite fenêtre, placée dans le bas, près du compartiment à pile, vous indique le nombre de poses restant dans la cartouche chargée.

Le dessous du modèle ne donne rien d’autre à voir que le pas de vis pour mettre l’appareil sur trépied.

Fonctions et prise en main

Voyons dans le détail les différents modes qui permettent d’orienter les prises de vues. On passe de l’un à l’autre par des pressions successives sur la touche Mode, comme nous l’avons vu. Ils sont au nombre de 7, et les différentes options proposées ne sont pas sans rappeler celles du 90 Neo Classic. On peut même dire qu’elles reprennent précisément celles de ce modèle, à l’exception du mode Selfie qui n’est pas présent sur le 90 Neo Classic (mais présent en revanche sur l’Instax Mini 9 et l’Instax Mini 70, modèles plus récents).

Nous avons ainsi, dans l’ordre :

  • Le mode Auto
  • Le mode Selfie
  • Le mode Macro
  • Le mode Paysage
  • Le mode Double Exposition
  • Et les deux derniers modes, les modes L et D

Le mode Auto

Le mode auto, le mode de base, est celui qui est effectif à l’allumage. Il convient pour une majorité de situations, sur toutes les distances relativement proches, de 50 cm à 2 mètres.

Le mode Selfie

Sans surprise, l’Instax Square SQ6 se voit doté d’un mode selfie. Une fonction devenue incontournable, argument marketing important, que l’on retrouve sur tous les derniers appareils instantanés sortis par Fujifilm. Sur l’Instax Square, les selfies se font via l’intermédiaire d’un miroir placé près de l’objectif (il aide à cadrer au mieux), et d’un mode de prise de vue tout spécialement conçu, qui permet d’optimiser la netteté sur une courte distance. Avec l’appareil tenu à bout de bras, les photos obtenues depuis ce mode sont généralement bien nettes.

Le mode Macro

Pour les sujets très proches et les gros plans, reposez vous sur le mode Macro. Il vous assure la netteté sur une plage allant de 30 à 50 cm. Faites bien attention à adapter votre cadrage en plaçant votre sujet légèrement plus haut que le centre du viseur, et sur la droite. Dans les faits, le mode Macro est probablement identique au mode Selfie. L’objectif se cale en effet sur le même réglage pour ces deux modes.

Le mode Paysage

Il s’agit du réglage à privilégier lorsque vous avez besoin d’une mise au point calée sur l’infini, donc lorsque vous photographiez des paysages, bien sûr, et même pour les sujets distants de 2 mètres, comme des groupes de personnes par exemple.

Le mode Double Exposition

Les créatifs et les aventuriers apprécieront la présence d’un mode Double Exposition. Une fonctionnalité qui est toujours à utiliser avec modération, mais dont certains ont érigé la pratique au rang d’art, parvenant à en tirer de véritables bijoux créatifs. Elle s’active à l’aide d’une touche placée sur le bord de l’appareil. Au premier déclenchement, une fois ce mode activé, la photo ne s’éjecte pas. C’est après la seconde exposition que vous récupérez votre image. Vous pouvez éteindre l’appareil entre les deux poses, et garder ainsi la première vue en réserve.

Modes L et D

Enfin, les modes L (pour Lighten) et D (pour Darken) permettent d’assombrir ou d’éclaircir son image. Il s’agit donc d’ajuster votre exposition par rapport au réglage retenu par défaut par l’appareil.

On le voit, Fujifilm a donc repris les recettes éprouvées avec les précédents appareils instantanés des gammes Mini et Wide pour les appliquer à ce modèle de la gamme Instax Square.

Autres fonctionnalités et filtres de couleur

En dehors des modes de prises de vue, l’appareil dispose également de quelques autres fonctionnalités.

Les filtres de couleur, livrés avec l'appareil, s’emboîtent sur le flash. L'éclair prend la couleur du filtre et donne un effet à l'image.

Les filtres de couleur, livrés avec l’appareil, s’emboîtent sur le flash. L’éclair prend la couleur du filtre et donne un effet à l’image.

Très appréciable, le contrôle du flash est assuré via un bouton dédié. Vous pourrez le couper, si la lumière est suffisante et que vous avez peur d’éblouir complètement votre sujet sur une distance courte. Mieux vaut le désactiver quand vous utilisez le mode Macro, par exemple.

Un retardateur est aussi présent, pour vous laisser le temps de réunir tout le monde sur la photo. Une fois activé, la photo est prise 10s après le déclenchement.

Fujifilm a eu la bonne idée d’inclure dans le pack du SQ6 un lot de trois filtres de couleur : rouge, violet, vert. Ils se pluggent sur le flash de l’appareil et teintent la lumière émise par celui-ci, donnant une dominante de couleur à vos images. Jusqu’à présent, sur les autres appareils Instax, ces filtres s’achetaient comme un accessoire à part, n’étaient jamais fourni en kit. Contrairement aux filtres pour Instax Mini 9, ils se positionnent sur le flash, et ne se clipsent pas sur l’objectif. Cela facilite grandement leur mise en place et leur retrait. En revanche, comme il ne sont pas placés directement sur la lentille de l’objectif, ils n’auront d’effet que si vous vous servez du flash, et sur une courte portée seulement.

Notons enfin que l’appareil est livré avec ses deux piles CR2 et une courroie de cou. Cette fois, pas de batterie chargée sur secteur comme pour le Neo 90 ou l’Instax Square SQ10. L’autonomie est toutefois solide, comme toujours sur les appareils Instax, et vous garantit de nombreuses prises de vues avant que les piles ne rendent l’âme.

Les images

Contrairement au SQ10, pas d’édition intégrée des images sur le SQ6, pas de filtres pré-réglés façon Instagram, pas de gestion de la luminosité, du contraste… niet ! Avec le SQ6, on a affaire à un appareil instantané pur jus : on déclenche et les photos sortent. La contrepartie, c’est que les photos on un aspect un peu plus naturel, on ne décèle pas d’artefacts numériques comme c’est parfois le cas sur l’Instax Square SQ10.

Les portraits et les selfies forment le terrain de prédilection du SQ6.

Les portraits et les selfies forment le terrain de prédilection du SQ6.

Par ailleurs, les préréglages sur les courtes distances sont plutôt bons. Les portraits et selfies offrent le plus souvent une netteté et une qualité d’image plutôt supérieures à la moyenne observée pour les appareils Instax. Le SQ6 est donc capable de prendre de belles photos.

Verdict

Si le SQ10 innovait à grand renfort de technologie, le SQ6 reprend les bases de la famille Instax pour incarner un appareil analogique qui est clairement l’équivalent de l’Instax Mini 90 Neo Classic, mais côté Instax Square. A ce titre, il affiche de belles qualités et on ne peut qu’apprécier l’approfondissement de la gamme d’appareils instantanés de Fujifilm. Bon, ceux qui hésitaient déjà entre plusieurs modèles n’ont pas fini de se faire des noeuds au cerveau !

L'Instax Square et l'Instax Mini 90 Neo Classic proposent à peu près les mêmes fonctionnalités. Les images produites par le SQ6 sont plus grandes, mais son encombrement est aussi plus important.

L’Instax Square SQ6 et l’Instax Mini 90 Neo Classic proposent à peu près les mêmes fonctionnalités. Les images produites par le SQ6 sont plus grandes, mais son encombrement est aussi plus important.

Le SQ6 est aussi un modèle plus abordable que son prédécesseur. Dépouillé des éléments technologiques (écran et logiciel embarqué), le fabricant peut le proposer à prix qui tourne autour de 129€. Un positionnement qui le rapproche encore de l’Instax Mini 90 Neo Classic. Et d’ailleurs, avec un format d’image plus grand que le format Mini, on peut facilement se laisser tenter par cet appareil, plutôt que par le modèle vétéran de Fujifilm.

Avantages et inconvénients de l’Instax Square SQ6

On aime

  • Le look général et les coloris proposés
  • Les filtres livrés avec l’appareil
  • Les différents modes qui offrent un bon contrôle et de la créativité

On aime moins

  • On l’aurait aimé un poil plus compact
  • Trois filtres seulement… et qui ne fonctionnent qu’en combinaison avec le flash