Fujifilm Instax Mini 8

Test de l’Instax Mini 8 (Fujifilm)



Avec de multiples coloris et des packaging illustrés par des jeunes filles à franges, Fujifilm destine clairement son appareil d’entrée de gamme Instax Mini 8 à un public de jeunes. Que vaut l’Instax 8 ? Est-ce un bon appareil photo « polaroid » pour débuter la photo instantanée ? Nous avons testé l’appareil et fait le tour de ses forces et faiblesses.

L’Instax 8 est disponible dans de nombreux coloris. Il y en a un peu pour tous les goûts, des coloris pops acidulés aux plus sages noir ou blanc. J’ai pour ma part choisi un modèle noir, mais même pour ce coloris on ne peut plus sobre, le carton d’emballage est couvert d’ados “emos” qui font des bouches en cœur. Le message est donc on ne peut plus clair : Fujifilm s’adresse avant tout, avec ce modèle, à une jeune génération désireuse de s’essayer à la photo instantanée.

Photos au format Instax Mini prises avec des filtres de couleur.

Si vous souhaitez obtenir ce type d’effets dans vos images, lisez cet article sur les filtres de couleur pour Instax Mini.

Simple et efficace

La finition de l’appareil fait très largement appel au plastique. Il est léger et relativement compact, peut tenir dans une seule main. Il ne donne pas une grande impression de robustesse et je pense qu’une seule mauvaise chute est susceptible de l’endommager sérieusement mais bon, rares sont les appareils conçus pour s’écraser sur le sol, vous me direz.

L’Instax Mini 8 fonctionne, comme son nom l’indique, avec le film instantané « Instax Mini », (format d’image 46 x 62mm). Un film de bonne qualité qui restitue bien les couleurs, les détails, et surtout propose une vraie photographie instantanée avec des images se développant dans les 5 minutes qui suivent la prise de vue. L’Instax Mini 8 produit de bonnes images, et je le trouve particulièrement efficace sur des distances relativement courtes : 1m, 1,50m.

Photo faite avec un Instax Mini 8

Le support Instax Mini fait 54 x 86mm, et l’image elle-même occupe une surface de 46 x 62mm

L’Instax 8 est d’une très grande facilité d’utilisation. Les cartouches photos se chargent au dos de l’appareil, un repère de couleur vous indique dans quel sens les mettre. Sitôt le dos refermé, le compteur de vue visible en bas du dos se cale sur 10. Il va se décrémenter au fil de vos prises de vues, vous permettant de savoir combien de photos il vous reste à prendre. Un bouton en façade permet de sortir l’objectif rétractable de l’appareil, ce qui a pour effet dans le même temps de l’allumer.

Le seul réglage que vous pourrez opérer, c’est le choix d’un mode d’exposition approprié au niveau de luminosité du sujet que vous souhaitez photographier. Vous êtes assisté pour cela par une cellule qui vous indique via un voyant quel est le choix le plus adéquat. Chaque mode correspond à un picto particulier : maison (intérieur), nuage, soleil pas ouf, grand soleil… enfantin.
Petite touche d’originalité : la présence d’un mode Hi-Key. Il produira une image très claire, un effet notamment utilisé pour le portrait et en photographie de mode.

Les limites de l’Instax Mini 8

Si ce système d’exposition parait simple en théorie, il s’avère un brin pénible dans la pratique : en effet si vous voulez vous fier à la cellule pour déterminer le bon mode, il faut pointer l’appareil dans la direction de votre sujet, en le tenant par exemple à hauteur de poitrine, regarder quel est le voyant qui s’allume au-dessus de l’objectif et tourner la roue pour le sélectionner. En quelque sorte on prend donc la mesure de l’exposition sur l’extérieur de l’appareil avant de choisir son réglage.
On regrette du coup l’absence d’un rappel dans le viseur du mode d’exposition sélectionné, qui nous éviterait d’avoir à viser d’abord “pour rien”. Un voyant s’allumant pour signaler une sous-exposition ou une sur-exposition aurait de même été le bienvenu.

Pour moi le point le plus frustrant avec l’Instax Mini 8 concerne également le viseur, mais réside cette fois dans son manque de fiabilité. Le cadrage que vous opérez à travers celui ci ne correspond pas du tout à ce qui va apparaître sur l’image que prend l’appareil. Il est donc très difficile de soigner une composition aux petits oignons, sauf à anticiper et compenser le décalage, et ce seul défaut suffira à rebuter un photographe un brin exigeant.

Photo d'intérieur Instax Mini avec appareil Instax Mini 8

L’Instax Mini 8 est capable de délivrer des images correctes au flash en intérieur, sur de courtes distance.

Plusieurs points m’incitent à croire que l’appareil est conçu pour un usage en intérieur plutôt qu’en extérieur.

  • Le flash se déclenche systématiquement quel que soit le mode choisi, comme s’il voulait s’assurer que la lumière soit suffisante.
  • Les photos en extérieur, quand la lumière est abondante et avec le réglage le plus approprié (symbole soleil), sont facilement cramées, surexposées, au point que j’en viens à penser qu’il vaut mieux éviter de faire des photos aux heures les plus ensoleillées les jours de beau temps. J’ai eu un effet de petits points noirs sur certaines photos qui, d’après ce que j’ai pu lire ici et là, pourrait être typique du film Instax Mini quand il est exposé à de fortes lumières.
  • Enfin, le tout colle d’ailleurs assez bien avec la promesse de l’emballage, qui pour le coup ne montre que des portraits faits en intérieur.

… pour être plus juste, on peut dire que l’Instax Mini est tout à fait capable de faire de belles images en extérieur, mais se révèle assez capricieux dans certaines conditions de lumière.

Photo Instax Mini surexposée, bord de mer

Un cas de figure qui pose de gros soucis à l’Instax Mini 8 : un paysage de bord de mer très ensoleillé à 14h. Même avec le réglage sur plein soleil, l’image est complètement surexposée. A noter également : j’avais pris soin d’éliminer le ponton de ma composition. Il est pourtant là sur l’image finale, il s’agit du trait noir à droite.

La sacoche de transport, l’accessoire indispensable

J’ai d’entrée de jeu équipé mon appareil de la petite sacoche de transport officielle. Un moyen bien pratique pour se balader avec l’appareil en bandoulière, et de lui apporter une protection efficace contre les chocs.

D’ailleurs la sacoche en question lui a peut être bien sauvé la vie, rien de moins. Je me trouvais dehors, à jongler entre différents appareils (voilà ce que c’est que d’en emmener un trop grand nombre) et l’appareil m’a tout simplement échappé des mains pour finir par terre (bien la première fois que je laisse tomber un boitier, soit dit en passant).
Quand je l’ai retiré de sa sacoche, le cache du compartiment à piles avait sauté. Par la suite j’ai dû changer la cartouche car le choc a du déclencher un léger décalage au niveau des photos, si bien que l’appareil n’éjectait plus de photo quand je déclenchais. Il m’a fallu sécher mes larmes (« 15€ et j’avais pas fait deux photos, putain! ») et me résigner à changer de cartouche. Je trouve deux défauts à cette sacoche, pas insurmontables mais légèrement agaçants :

  • 1- Le compteur de vues n’est plus accessible, il n’y a pas de découpe au niveau du compteur de vues, si bien qu’il n’est pas accessible et que l’on ne son ne sait pas où on en est.
  • 2- Le bord de la sacoche qui passe près du viseur a facilement tendance à le recouvrir, et je me retrouve souvent à l’écarter ou à ajuster la position de l’appareil dans la sacoche pour bien dégager le viseur et y voir clair.
Fujifilm Instax Mini 8 dans sa sacoche noire

Mon Instax Mini 8 dans sa sacoche noire

Verdict

L’appareil mise avant tout sur le fun, la photo sans prise de tête et sur ce plan il remplit plutôt bien son rôle, avec ses réglages minimalistes et sa grande légèreté. Il ne plaira pas uniquement aux jeunes filles mais pourra satisfaire plus généralement tous ceux qui voudront s’essayer à la photographie instantanée avec un budget limité. L’Instax Mini 8 leur permettra de se familiariser, de faire leurs premières armes avec le film Instax, très intéressant à travailler et qui donne de bons résultats.

Les photographes un peu plus avertis, qui voudraient dès le départ disposer d’un boîtier leur offrant davantage de possibilités et répondant mieux à un usage avancé, préféreront s’orienter vers des modèles plus évolués de la gamme Fujifilm Instax, à l’image de l’Instax Mini 70, qui se positionne au-dessus du Mini 8.

Avantages de l’Instax Mini 8

Inconvénients de l’Instax Mini 8

  • Viseur imprécis
  • Très peu de réglages et fonctions
  • Flash qui se déclenche systématiquement ou presque